Analyse d’une légende Polynésienne

10 Fév 2019 | | Laisser un commentaire

« VAIANA – LA LEGENDE DU BOUT DU MONDE » est une histoire originale créée par Walt Disney Animation Studios à partir de légendes Polynésiennes. Elle raconte le voyage épique de Vaiana, une jeune princesse hardie qui, pour sauver son peuple, réalise la quête inachevée de ses ancêtres avec l’aide du demi-dieu Maui. Au bout de ce voyage épique, elle va découvrir ce qu’elle a toujours cherché : elle-même.
Je vais dans cet article vous raconter et décrypter les aventures de Vaiana à l’aide du livre de Joseph Campbell intitulé « Le héros aux mille et un visages ». Dans son étude du mythe du héros, l’auteur affirme qu’indépendamment de la culture dans laquelle ils prennent racines, les mythes sont construit selon un mode identique.
D’après l’écrivain, l’aventure mythologique du héros suit un parcours caractéristique : « Un héros s’aventure hors du monde de la vie habituelle et pénètre dans un lieu de merveilles surnaturelles ; il y affronte des forces fabuleuses et remporte une victoire décisive ; le héros revient de cette aventure mystérieuse doté du pouvoir de dispenser des bienfaits à l’homme, son prochain. ».

L’histoire de Vaiana débute avec sa grand-mère, Tala, qui raconte aux enfants de la tribu de l’île de Motunui la légende suivante : « Au commencement, il n’y avait que l’océan puis, l’île mère, Te Fiti, surgît des eaux. Son cœur avait le pouvoir d’engendrer la vie. L’univers tout entier profitait de ses bienfaits. Un jour, le demi-dieu du vent et de la mer, Maui, traversa le vaste océan pour s’en emparer. Ce guerrier, créature rusée, pouvait changer d’apparence grâce au pouvoir de son hameçon magique.
Privée de son cœur, affaiblie, la déesse Te Fiti laissa se répandre le cahot et l’obscurité. Dans sa fuite, Maui dût affronter Te Ka, le démon de la Terre et du feu qui désirait également ardemment le cœur. Maui fût frappé en plein vol et disparut à jamais. Son hameçon magique et le cœur de Te Fiti furent perdus dans les abysses. Mille ans plus tard, Te Ka et les monstres des ténèbres sont toujours à la recherche du cœur. Ils sont cachés dans l’obscurité qui continuera à se propager éloignant les bancs de poissons, repoussant la vie, d’île en île, jusqu’à ce que chacun d’entre nous périsse dans l’obscurité dévastatrice inéluctable et mortelle.
Mais un jour viendra où le cœur sera retrouvé par quelqu’un qui s’aventurera au-delà du récif, retrouvera Maui, lui fera traverser le vaste océan afin de restituer le cœur et de sauver notre peuple. »

Après cette introduction, nous découvrons le caractère affirmé et les fortes aspirations de Vaiana à travers le récit de son enfance et de son adolescence. Tui, le père de Vaiana, le chef de l’ile et garant de la tradition, dissuade régulièrement sa fille de franchir le récif car pour lui sa place est sur l’île. De son côté, sa grand-mère, également mère de Tui, incite sa petite-fille à écouter la petite voix qui veut la guider et à aller au-delà de la barrière de corail. « Savoir ce que l’on aime, c’est savoir où l’on va. » dit la petite vieille pas très conformiste.
Elle n’hésite pas à contredire son fils, quitte à passer pour une folle. Elle est un personnage important de l’histoire car c’est grâce à la mémoire de son peuple qu’elle détient sous forme de légendes, comme un livre transmet des connaissances, que sa petite-fille prend conscience de l’origine de la malédiction qui frappe leur île. Après une longue période d’abondance, les noix de coco pourrissent et le poisson disparait. Le moment est venu pour Vaiana d’accomplir la prédiction de la légende.

Selon Joseph Campbell, « l’appel de l’aventure » est au commencement de l’aventure du héros. Des phénomènes étranges ont lieu durant la jeunesse de Vaiana. Lorsqu’elle joue auprès de l’eau, la mer s’écarte afin de protéger l’enfant de la noyade. Cette scène qui évoque le récit biblique du passage de la mer Rouge laisse à penser que l’exploratrice en devenir a très tôt une attirance et une relation privilégiée avec le dieu Océan. Ce lien particulier lui vient de sa grand-mère, une vielle femme fascinante qui danse au bord de l’eau en compagnie des raies Manta, un animal dans lequel elle souhaite se réincarner.

Joseph Campbell nomme l’étape suivante « l’aide surnaturelle ». Pour ceux qui n’ont pas « refusé l’appel », le personnage rencontré est, je cite l’auteur : « une figure protectrice (souvent une petite vieille ou un vieil homme) qui pourvoit le voyageur d’amulettes contre les forces de dragons qu’il va lui falloir affronter. ». Concernant l’histoire de Vaiana, « l’appel de l’aventure » et « l’aide surnaturelle » sont concomitantes. Vaiana, est très tôt sous la protection du dieu Océan.

Tala, la grand-mère, dévoile à Vaiana sa petite-fille l’histoire de leur peuple en lui révélant l’existence d’une grotte secrète située au bord de la mer, un endroit abritant les bateaux qui conduisirent leurs ancêtres sur l’île. Dans ce lieu extraordinaire, Vaiana apprend qu’après que Maui ait volé le cœur de Te Fiti, les ténèbres se sont abattues, des monstres se sont réveillés et les bateaux ne revenaient plus.
Dans le but de protéger leur communauté, les anciens ont interdit les voyages. Aujourd’hui, les habitants de l’ile ont oublié la genèse de leur histoire. Vaiana connaît la vérité et sait maintenant où elle est et d’où elle vient, ce qui confère un sens à son existence, besoin cher à l’être humain. Dans son livre « Entre-deux : l’origine en partage », le psychanalyste Daniel Sibony explique qu’il faut une origine pour aller ailleurs si nous ne voulons pas rester dans un entre-deux, coincés dans un état d’inactivité.
A cet instant, selon Joseph Campbell, le héros entre dans une zone inconnue pleine de trésors et de dangers : « Le héros peut se mettre en route, mû par un désir personnel d’accomplir l’aventure, comme Thésée quand, arrivé à Athènes, la cité de son père, il entendit l’horrible histoire du Minotaure ; ou il peut y être entraîné par un agent du destin, bienveillant ou hostile, comme Ulysse, balloté sur les rivages de la Méditerranée par les vents d’un dieu furieux, Poséidon. ».
Avant de mourir, la grand-mère révèle à sa petite-fille qu’elle est l’élue du dieu Océan et lui remet le cœur de Te Fiti, un magnifique bijou scintillant couleur émeraude. Sa véritable destinée est de quitter l’ile en suivant la constellation dans le but de trouver Maui et de le forcer à remettre le cœur de Te Fiti en place afin de sauver le monde. Sa grand-mère lui promet d’être toujours près d’elle où qu’elle aille et où qu’elle soit.

Avec l’approbation inconditionnelle de sa mère Sina, Vaiana traverse la barrière et part à la recherche du demi-dieu Maui accompagné d’un passager clandestin, l’un de ses deux compagnons animaliers, Heihei, un coq à l’intelligence bien cachée. Son petit cochon apprivoisé, Pua, n’est pas du voyage.
Joseph Campbell nomme ce moment du parcourt du héros « le passage du premier seuil ». Des gardiens délimitent dans les trois dimensions les frontières du monde : « Au-delà, c’est l’obscurité, l’inconnu et le danger ». Comme la grande falaise dans « Le monde de Nemo », la barrière représente le gardien du seuil, le passage dans l’inconnu et dans la zone de pouvoir accru. Le franchissement de la frontière est dangereux mais pour les courageux qui possèdent le savoir faire le danger disparaît. Joseph Campbell rapporte que le gardien symbolise, selon le Dr Stekel, « la conscience, ou, si l’on préfère, l’ensemble de toute la moralité et de tous les interdits présents dans la conscience ».

Une fois le seuil franchi, commence la phase de l’aventure que Joseph Campbell nomme « le chemin des épreuves », dans laquelle se succèdent toute une série d’épreuves à laquelle le héros survit. L’auteur écrit : « Le héros est secrètement aidé par les conseils, les amulettes et les émissaires clandestins que lui adresse le guide surnaturel qu’il a rencontré avant de pénétrer dans cette région. A moins qu’il ne découvre là, pour la première fois, que, partout, une puissance bienveillante le soutient dans son voyage surhumain. ». Concernant l’histoire de Vaiana, le guide surnaturel est sa grand-mère et la puissance bienveillante du dieu Océan.

Le héros mythique est accompagné par un ou plusieurs partisans fidèles. Le coq Heihei est le premier compagnon de voyage de Vaiana. Il représente le « bouffon » de l’histoire qui par ses facéties réduit la tension dramatique. Heihei est un « empoté » qui finalement s’avère posséder des ressources et être d’une grande utilité dans le dénouement de l’histoire.
Les auteurs de « Vaiana – La légende du bout du monde » n’ont pas choisi de créer un duo comique Heihei Pua inspiré du couple Laurel et Hardy, le gros et le petit, comme l’a fait le réalisateur Georges Lucas dans la saga « Star Wars » avec les robots R2-D2 et C-3PO.

Le deuxième compagnon de voyage de Vaiana est le demi-dieu Maui qu’elle finit par trouver après qu’elle ait échoué miraculeusement sur l’île où il vit depuis mille ans, suite à une tempête déclenchée par le dieu Océan. Maui est un personnage imbu de sa personne, menteur et tricheur mais qui arrive aussi à se remettre en question. Il n’est pas né demi-dieu, ses parents étaient des humains qui n’ont pas voulu de lui et qui l’ont jeté à la mer comme s’il n’était rien. Les dieux l’ont recueilli et façonné un hameçon avant qu’il ne retourne chez les humains.
Il a créé l’univers et offert aux hommes les iles, le feu et le vent. Il a volé le cœur de Te Fiti dans le but de l’offrir aux mortels afin d’obtenir leur amour car qui possède le cœur détient le pouvoir de créer la vie. Le couple gagnant – gagnant de VaianaMaui est construit sur une relation du type grand-frère – petite sœur plutôt que sur l’habituelle relation amoureuse des contes de fées.

Avant de rapporter le cœur de Te Fiti, Vaiana et Maui doivent récupérer l’hameçon auprès du crabe géant Tamatoa. L’hameçon est une représentation du foudre. Ce dernier est, selon Joseph Campbell, l’un des symboles majeurs de l’iconographie bouddhiste. Zeus avec ses célèbres éclairs en est également paré. Avant d’atteindre l’île où vit Tamatoa, leur embarcation est attaquée par une bande de pirates Kakamoas qui convoitent le cœur. Vaiana et Maui se jettent dans un puits, symbole de l’inconscient d’après Joseph Campbell, afin de rejoindre Lalotai, le royaume des monstres et de subtiliser l’hameçon au crabe géant avide d’objets brillants.
Joseph Campbell nomme ce moment de l’aventure du héros « le ventre de la baleine » : « […], au lieu d’aller vers l’extérieur, au-delà des confins du monde visible, le héros se dirige vers l’intérieur, pour naître à nouveau. ». Vaiana se révèle être, lors de cet épisode, une vaillante princesse sans qui Maui n’aurait pas pu récupérer son bien.

Une fois la traversée de l’océan effectuée, Vaiana et Maui arrivent près de l’île de Te Fiti. Te Ka, le monstre de lave, surgit alors et comme lors de leur dernière rencontre, Maui échoue et perd le combat. Avec l’aide de Maui et du dieu Océan, Vaiana va à son tour affronter le monstre de feu, le vaincre et par la même occasion redonner vie à la déesse Te Fiti, dame nature, en plaçant avec beaucoup de douceur le cœur de Te Fiti sur le front de Te Ka. On découvre à cet instant de l’histoire que Te Fiti et Te Ka sont en fait une seule et même entité. Cette dualité peut être interprétée comme l’affrontement du bien et du mal, mythe très présent dans la culture judéo-chrétienne.
Pour Joseph Campbell ce passage correspond à « la rencontre avec la déesse ». Voici ce qu’écrit l’auteur à ce sujet dans son livre « Le héros aux mille et un visages » : « L’ultime aventure, une fois toutes les barrières franchies et tous les ogres vaincus, est habituellement présentée comme une union mystique entre le héros triomphant et la reine, déesse du monde. »

Toutes les victoires que Vaiana a remportées lors de son voyage initiatique l’ont rapproché d’elle-même. « Le retour » est l’étape finale du voyage du héros. Vaiana revient sur son île en même temps que la lumière et la vie. Elle a atteint le but de sa quête et redonné aux siens leur identité de peuple d’explorateurs dont elle devient la cheffe reconnue comme telle par les dieux et les hommes.

Posted in: Non définie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *