Tête – Cœur – Corps

2 Avr 2016 | | Laisser un commentaire

J’aimerais partager avec vous ici une réflexion sur mon métier de coach et ma pratique du karaté-do (1). Je trouve que ces deux activités sont complémentaires et qu’elles possèdent des points communs comme :

  • la confiance (entre le coach et son client d’un côté et le professeur et son élève de l’autre) ;
  • le cadrage du temps (par le coach et le professeur) ;
  • les aptitudes relationnelles (du coach et du professeur) ;
  • le professionnalisme (du coach et du professeur qui se forment professionnellement au métier et suivent des formations permanentes) ;
  • l’empathie ;
  • etc.

J’ai symbolisé cette complémentarité et cette similitude en dessinant un personnage qui pourrait être moi (voir logo ci-dessous) : coach, professeur de karaté-do, grand-père…

En quoi consiste le coaching personnel (ou coaching de vie) ? La définition de L’ICF France (3) répond clairement à cette question : « Le coaching personnel est l’accompagnement professionnalisé d’une personne dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de son projet de vie. Il tient compte de l’individu dans sa globalité et couvre tous les domaines de sa vie. » Dans le coaching en entreprise la problématique est forcément professionnelle. Cependant, la vie privée s’invite tout naturellement dans le contenu du coaching car, mis à part quelques « extraterrestres » capables de scinder vie professionnelle et vie privée, pour tout à chacun, la frontière entre les deux est perméable. Il est rare de ne pas penser à sa famille sur le lieu de travail et inversement de ne pas penser au travail le week-end. Nous possédons, pour certains d’entre nous, plusieurs identités de rôle mais cela ne nous empêche pas d’être un tout.

Le triptyque « Penser – Ressentir – Agir » revient souvent dans l’approche cognitive en coaching. Cette approche est fondée sur la croyance que nos maux n’ont pas seulement comme origine les évènements extérieurs mais également les perceptions que nous construisons. Je cite ici, afin d’illustrer mes propos, le philosophe de l’école stoïcienne, Epictète : « Ce ne sont pas les choses qui te nuisent mais le regard que tu décides de porter sur elles. » ou encore : « Lorsque quelqu’un te met en colère, sache que c’est ton jugement qui te met en colère. »

Une (ou des) pensée(s), accompagnée(s) d’une (ou de plusieurs) émotion(s) déclenchent, chez chacun de nous, un (ou des) comportement(s) pas toujours aidant. Pensées et émotions arrivent pratiquement de concert. Jon Kabat–Zinn, professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université du Massachusetts, écrit dans son livre « Au cœur de la tourmente, la pleine conscience » : « En réalité, les langues asiatiques ont en général un seul mot pour désigner l’« esprit » et le « cœur ». » Après vérification sur Internet, je me suis aperçu qu’effectivement, par exemple dans la langue japonaise, le mot désignant l’« esprit » et le « cœur » est « Kokoro ». Cette simultanéité des pensées et des émotions explique, peut-être, que dans la plupart des pays asiatiques n’existe qu’un seul mot pour parler de l’esprit et du cœur. Derrière les pensées qui nous arrivent automatiquement à l’esprit se cachent nos « croyances ». Parfois elles nous aident à franchir les obstacles que nous rencontrons dans la vie mais d’autres fois elles nous empêchent d’avancer et de continuer de grandir.

Nos pensées peuvent être symbolisées par notre tête, nos émotions par notre cœur et nos comportements par notre corps. Le triptyque « Penser – Ressentir – Agir » devient alors « Tête – Cœur – Corps ». Ces trois éléments représentent l’être humain. Le coaching passe par la tête et le cœur tandis que la pratique du karaté-do s’appuie sur le cœur et le corps. Le cœur est l’élément commun au coaching et au karaté-do.

Parler du « corps » dans la pratique du karaté-do va de soi, mais évoquer le « cœur » est moins évident. Le cœur, comme nous l’avons vu précédemment, représente nos émotions. Deux d’entre elles, la peur et la colère, nous sont particulièrement néfastes lorsque nous rencontrons l’autre. J’ai participé à un cours instructeurs animé par Naka Tatsuya sensei (2) de la Japan Karate Association HQ lors d’un stage parisien au mois de décembre 2015. A cette occasion, Naka sensei a abordé le thème du « cœur » dans la pratique du karaté-do. Il a parlé de la peur qui nous aveugle et nous empêche de lire à travers l’autre, de lire dans le cœur de l’autre, afin de voir qui il est et quelles sont ses intentions réelles. La disparition de notre peur nous permet, en toute sérénité, d’adapter notre comportement à la situation vécue.

Vous constaterez, en regardant le dessin ci-dessus, que la tête, le cœur et le corps sont alignés verticalement dans le but de symboliser l’équilibre et l’enracinement au sol de l’être humain qui peut ainsi avancer en toute quiétude dans la vie. Pour la plupart d’entre nous, la tête, le cœur et le corps semblent séparés et pourtant, il suffit qu’un seul de ces trois éléments soit malmené pour que notre équilibre soit perturbé. Souvent la problématique du coaché est liée au fait qu’au moins une dimension de l’être humain sur les trois évoquées ci-dessus est sacrifiée. Habituellement c’est le corps. Pour preuve, la plupart du temps, le coaché se met à pratiquer une activité sportive. Pour les systémiciens cela n’a rien d’étonnant. Il est plus facile de modifier l’équilibre d’un système en agissant d’abord sur l’élément le plus faible. Ceci explique peut-être l’engouement actuel du public pour des activités comme le yoga, les gymnastiques douces, le stretching, le tai-chi-chuan et bien d’autres.

Pour finir cet article sur la complémentarité et les similitudes en coaching et dans la pratique du karaté-do, je citerai Gichin Funakoshi, fondateur du karaté-do moderne : « Le karaté-do est une philosophie, une attitude devant et un regard sur la vie et le monde. » Dans le livre « Le coaching personnel » les coachs O. Bernhardt, F. Colnot et F. Vitry écrivent : « Pour résumer, le coaching se présente plus comme une philosophie de vie, avec ses attitudes spécifiques et ses comportements propres, que comme une expertise pure. » Pour conclure, le coaching personnel et le karaté-do se définissent respectivement comme une « philosophie de vie », tout un programme…

(1) karaté-do : kara signifie le vide, plus précisément la vacuité au sens bouddhique du terme et te la main. Do signifiant la voie, karaté-do peut être traduit par « la voie de la main et du vide ».

(2) sensei : dans les arts martiaux, le professeur, le maître.

(3) ICF : International Coach Federation

Posted in: Non définie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *