Glossaire

– A –

Accompagnement : traduction française du mot « coaching » à consonance anglo-saxonne. (Le coaching P. Angel et P. Amar – Que sais-je ? – 5ème édition 2012 page 10)

Affirmation de soi : exprimer clairement et directement ses sentiments et ses souhaits sans angoisse excessive ou culpabilité. Appartient aux principales défenses. (Protéger son soi A. Braconnier page 251)

S’affirmer, c’est pouvoir exprimer ses besoins, pensées, émotions : c’est-à-dire ne pas devoir s’inhiber. Tout en tenant compte de l’autre : c’est-à-dire sans avoir à le faire de manière agressive. (Imparfaits, libres et heureux C. André page 161 )

Alliance : reconnaissance réciproque de la part positive qui existe chez l’autre afin d’établir une relation parfaite entre elles et de faciliter ainsi le changement nécessaire à la progression du processus de coaching. (Au cœur de la relation d’aide – V. Lenhardt -InterEditions page 69)

– B –

Besoin : le terme signifie selon la sensibilité de chacun une envie, une appétence, une nécessité, ou, déjà, un manque et une insatisfaction. (Comment apprivoiser son crocodile C. Aimelet-Périssol page 25)

– C –

Cadre : ensemble des dispositions prises par le coach et le coaché au niveau relationnel et fonctionnel comme par exemple, le rappel de la règle de confidentialité. (Les outils du coach. Bien les choisir, bien les organiser – F. Lamy et M. Moral InterEditions page 35)

Clôture : dernier entretien de coaching dans lequel le coach et le coaché mesurent l’avancé du processus de coaching tout en s’assurant de la pérennité des résultats obtenus. (Les outils du coach. Bien les choisir, bien les organiser – Florence Lamy – Michel Moral InterEditions page 39)

Coaching : il s’agit de l’accompagnement d’une personne (coaching individuel) par un professionnel, nommé coach, dont l’objectif est le développement personnel et/ou professionnel de la personne, le coaché. Les techniques pratiquées, le questionnement, la reformulation, la confrontation, le recadrage sont similaires en entreprise ou en coaching personnel. Dans les deux cas, un contrat est passé à partir des objectifs du client, le nombre de séances étant généralement prédéfini. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 35)

Confidentialité : règle incontournable pour instaurer une confiance réciproque entre le coach et le coaché nécessaire à la relation de coaching. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 211)

Congruence : la notion de congruence se définit comme la réalisation de l’adéquation la plus parfaite possible entre notre expérience, la perception que l’on en a et notre comportement. (L’écoute L. Bellenger et M.J. Couchaere page 17)

Conscience de soi : le fait de savoir ce que l’on ressent quand nos émotions se déchaînent. (L’intelligence émotionnelle Tome 1 D. Goleman page 83)

Contrat : accord entre coach et coaché permettant de déterminer le cadre général et l’objectif du coaching. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 68)

Conviction : opinion ferme, positive et/ou négative, sur soi-même d’une part, et d’autre part sur le reste du monde. (Que dites-vous après avoir dit bonjour ? Dr E. Berne Glossaire)

Croyances : convictions susceptibles de ternir l’existence surtout lorsqu’elles aboutissent à une généralisation et à l’instauration de principes de vie. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 166)

– D –

Demande explicite ou manifeste : demande amenée par le client au début du coaching. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 146)

Déontologie : code du coach personnel qu’il élabore à partir des chartes déontologiques des différentes associations de coachs, qu’il communique à ses clients et qu’il respecte avec constance. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 49)

– E –

Emotion : état affectif, composé de sensations physiques, agréables ou désagréables, déclenché par une situation précise. (La magie des émotions E. Couzon et F. Dorn page 15)

Motivation et émotion sont deux mots dérivés du latin movere, qui signifie « bouger », « mouvoir ». Une émotion c’est, littéralement, ce qui nous meut, nous fait avancer vers un objectif. (L’intelligence émotionnelle Tome 2 D. Goleman page 133)

Empathie : aptitude à comprendre avec précision les références internes, les sentiments et émotions, les représentations de l’autre tout en restant soi-même. (Au cœur de la relation d’aide – V. Lenhardt page 106)

Estime de soi : composante affective du concept de soi (Imparfaits, libres et heureux C. André page 182)

– I –

Intelligence émotionnelle : l’intelligence émotionnelle désigne une capacité, pour un individu, à identifier, accéder et contrôler ses émotions, ainsi que celles des autres. (La magie des émotions E. Couzon et F. Dorn page 14)

– M –

Maladie psychosomatique : maladie dans laquelle les problèmes affectifs provoquent des troubles physiques réels. (L’intelligence émotionnelle Tome 1 D. Goleman page 84)

Mécanismes de défense : les mécanismes de défense sont des processus psychologiques automatiques qui protègent l’individu de l’anxiété ou de la perception de dangers ou de facteurs de stress internes ou externes. Les individus n’ont généralement pas conscience de ces processus lorsqu’ils sont à l’œuvre. (Protéger son soi A. Braconnier page 23)

Métaphore : la métaphore est un moyen linguistique de concevoir et d’exprimer une chose dans les termes d’une autre afin d’ouvrir l’esprit vers des chemins nouveaux. (Du désir au plair de changer F. Kourilsky page 170)

– O –

Objectifs du coaching : la plupart du temps ils sont déterminés au premier entretien par le coaché en collaboration avec le coach. Le client arrive souvent avec des objectifs de résultats à atteindre. En coaching personnel le coach doit relier les objectifs du coaché à un projet de vie afin que sa demande prenne tout son sens.  (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 48)

Outil : technique utilisée par le coach afin d’agir sur une composante de l’environnement à traiter, de perfectionner des actions engagées ou encore d’ouvrir le champ des possibles au niveau des actions. (Les outils du coach. Bien les choisir, bien les organiser F. Lamy et M. Moral InterEditions page 17)

– P –

Position basse : posture de questionnement du coach qui accepte de ne pas savoir à la place du coaché qui doit découvrir par lui-même ses propres solutions. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 110)

Posture : attitudes d’écoute, d’ouverture, de non jugement et d’acceptation de l’autre dans sa singularité. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 130)

Prescriptions de tâches : prescrites entre deux séances de coaching, elles incitent le coaché à agir et à prendre conscience de ses capacités ce qui peut provoquer au final des modifications d’attitude ou d’opinion. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 149)

Problématique : situation bloquée que le coaché n’arrive pas à dépasser. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 205)

Processus : ensemble des étapes du coaching dirigé par le coach permettant au coaché de dépasser les obstacles l’empêchant d’opérer un changement nécessaire à la construction et à la mise en œuvre du futur satisfaisant désiré.  (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 84)

– R –

Recadrage : changer le point de vue perceptuel, conceptuel et/ou émotionnel à travers lequel une situation donnée est perçue pour la déplacer dans un autre cadre qui s’adapte aussi bien et même mieux aux « faits » concrets de la situation et qui va en changer toute la signification. (Du désir au plaisir de changer F. Kourilsky page 25)

Relation d’aide : relation dont le principal objectif est d‘aider un individu à gagner en autonomie et à trouver seul ses propres réponses. (Au cœur de la relation d’aide – V. Lenhardt page 73)

– S –

Sentiment : le Petit Robert décrit le sentiment comme un « état affectif assez stable et durable lié à des représentations mentales ». Alors que l’émotion est de courte durée, passe par le corps et est caractérisé par son intensité, le sentiment est durable et stable. Alors que l’émotion est une information transmise par le corps, le sentiment est une construction mentale qui passe par la pensée. Après avoir ressenti une émotion, on ressent au fond de soi un sentiment qui lui est associé. (La magie des émotions E. Couzon et F. Dorn page 79)

Somatisation : utiliser son corps pour exprimer une plainte ou un mal-être et ainsi demander de l’aide. Appartient aux principales défenses. (Protéger son soi A. Braconnier page 253)

Supervision : entretien durant lequel le coach reçoit des indications d’un coach expérimenté qui l’aide à transformer ses interrogations sur sa pratique en atouts dans le but de procéder autrement avec son client. (Le coaching personnel O. Bernhardt et F. Colnot et F. Vitry – InterEditions page 122)

wordpress stat